Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guérande - Le village de Clis

L'écart de Clis s'est développé sur un éperon rocheux (altitude 49 m) de part et d'autre de la route menant de Guérande à La Turballe. Clis est occupé dès l'époque romaine, vraisemblablement au Ier siècle apr. J.-C.
 
Le coteau de Guérande et son arrière pays est densément occupé aux IIe siècle-IIIe siècle par de grandes exploitations agricoles.  Au XIXe siècle, des archéologues ont daté un mur de l'époque gallo-romaine. Cet ouvrage situé route des Paludiers dans le village de Clis pourrait être le mur d'enceinte d'un grand édifice gallo-romaine de 66 m de long sur 50 de large et doté d'un égout, d'un aqueduc et d'enduits peints. Aujourd'hui, il ne reste rien d'apparent de ces fouilles, excepté ce mur en moellons de granite, entre Clis et les Maisons brûlées, au Réquer.
 
La première mention écrite nous provient du cartulaire de Redon, nom cité dès 859, et le village était alors appelé Aula Clis.
 
Durant le Moyen Âge, le village dépend en partie de la seigneurie de Lauvergnac dont il est un baillage. Plusieurs manoirs y sont attestés.
Le développement de Clis est à mettre en relation, vraisemblablement très tôt, avec l'exploitation du sel qui constitue sans doute depuis le Moyen Age l'activité principale du village. Comme pour Saillé ou Quéniquen, l'essor de la grande pêche et du commerce à la fin du XVIe siècle jusqu'au XVIIIe siècle - entraînant une forte demande de sel et donc une augmentation des revenus. Les activités du village ont aussi longtemps été tournées vers la culture, notamment celle de la vigne qui jusqu'au XIXe siècle était exploitée sur le coteau.
 
Le village comporte aussi de nombreuses maisons dites paludières, qui réunissaient bien entendu des paludiers mais aussi des paysans, des artisans et des cultivateurs de vignes. Au XVIIe siècle, période de prospérité pour ces castes, de nombreuses maisons plus grandes, sont construites ; elles se distinguent par une porte plein-cintre, un escalier extérieur et des lucarnes à fronton triangulaire caractéristiques de cet habitat.
L’habitat noble - Kerpondarm, est un manoir du XVe siècle qui témoigne de cette architecture bretonne nobiliaire modeste, constituée d’un seul bâtiment rectangulaire avec, par niveau, une grande salle chauffée et une petite salle. Il est déclassé en métairie à la fin du XVIIe siècle.
Le domaine de Tuloc, protégé par une clôture de défense du XVIIe siècle, conserve un logis de la même époque complété d’un pavillon du XIXe siècle.

Les sources écrites et les nombreux toponymes "Les Perrières" relevés à Clis, témoignent d'une exploitation du granite liée aux métiers du bâtiment, peut-être depuis le Moyen Âge. Celui-ci est extrait à la carrière de Tuloc jusque dans la première moitié du XXe siècle.

L’augmentation de la population aux XIXe et XXe siècles a provoqué la construction d’une architecture plus diversifiée qui tend à perdre les caractéristiques de la maison traditionnelle paludière.

______________
A voir à Clis
La chapelle Sainte-Catherine - Pour assurer la vie religieuse, la chapelle de frairie Sainte-Catherine a été construite au XVe siècle. Bâtie sur un affleurement rocheux, elle conserve, au nord, un enclos avec deux croix, une en fonte de 1850, l'autre en granit de 1820. La voûte, peinte en ciel étoilé, a la particularité d’être en bois. Sur l’un des vitraux, on peut apercevoir une paludière priant en tenue de fête.

La Croix du Requer - Figuration naïve du Christ en croix sur une face et d'une vierge à l'Enfant sur l'autre - datée du XIIIe siècle est  placée sur un socle reconstruit en 1825. Elle a été classée Monument Historique en 1944.

La fontaine verte de Clis - Puits traditionnellement daté de l'Epoque gallo-romaine mais dont l'architecture traduit plutôt une construction de la fin du Moyen Age ou du tout début des Temps Modernes. La légende veut que Jules César y aurait bu son eau lors de la guerre des Vénètes probablement en 56 avant Jésus-Christ.

_____________
A savoir
VieLaJoie : Depuis quatre ans, des habitants de Clis ont créé une association destinée à redynamiser le village. Voir l'article Clis - Festival Vielajoie 5 octobre 2019
 
Christel Bruneel, peintre et graveuse, puise son inspiration dans les éléments naturels qui l'entourent et lui donnent la force d'exprimer ses émotions, à travers ses peintures abstraites. Son atelier se situe sur la route des Paludiers, qui mène aux marais salants du bas de Clis.
 
Les jardins de Kerpondarmes - Sylvain Raimbeault : " Nous travaillons ensemble sur 5 000 m², c’est du maraîchage sur sol vivant, ce qui permet la préservation de la vie du sol. Nous n’utilisons aucune machine, et des engrais verts, ce qui garde le sol meuble, et bien sûr aucun traitement. Actuellement, nous sommes en cours de labellisation Bio, ce label est plus parlant pour le public". Sylvain Raimbeault travaille avec Yves Loïc Bougro, fondateur des Jardins de Kerpondarmes à Clis. Jardins de Kerpondarmes, 14, route des Paludiers, Clis, Guérande. Vente sur place lundi, mercredi, vendredi de 17 h à 19 h. Tél. 06 08 24 67 16.
 
Village de C lis - Le lavoir du "Bouillon du chat"réhabilité - Publié le 15/12/2014- Ouest-France  Le lavoir réhabilité a valu un premier Prix de mise en valeur du patrimoine à la ville et à l'association de L'association Clis et son environnement a, elle aussi, été mise à l'honneur. Elle obtient le 1er Prix de la mise en valeur du patrimoine, avec la rénovation du lavoir dit du "Bouillon du chat". " Pour valoriser le village, nous avons choisi ce lavoir qui, à l'origine, servait à rincer les sacs en jute des paludiers. Il était totalement tombé dans l'oubli, était devenu un dépotoir. Nous avons décidé, avec les bénévoles de l'association, de le remettre en état pour qu'il retrouve sa physionomie d'origine. Nous sommes très contents de la reconnaissance de cette réalisation."
 
La salle des Pérrières, soixante-dix ans d'histoire
2011 - En plein milieu de Village en fête qui se déroulait à Clis cette année, l'extension de la salle des Pérrières a été inaugurée par Christophe Priou, député-maire, accompagné de ses adjoints.
Toute une histoire s'y cache. C'est en 1950 qu'est créé le Comité des fêtes de Clis dont les activités débutent dans une remise de ferme. Et cette année-là, une grande salle en bois de La Baule, occupée par les Allemands durant la guerre, est entièrement démontée, rondin par rondin et tuile par tuile, bénévolement, pour être reconstruite à Clis à son emplacement actuel.
 
La châtellenie de Guérande  : elle se composait de huit paroisses : Guérande, Le Croisic, Batz, Escoublac, Saint-Lyphard, Saint-Molf, Mesquer et Piriac.
Dans la paroisse de Guérande, en dehors de la ville, six frairies, dont les centres sont à Quéniquen, Saillé, Trescalan, Careil, Clis et Congor. Puis huit autres viennent se rajouter : celle de Bogat, Lessac, Lévéno, Poissevin, Miroux, Savenac, Mouzac et Coëtpéan.
© MLR - Collection particulière - Guérande (Loire -Inf.) - Vieille Fontaine, à Clis, qui serait, dit-on, d'origine gallo-romaine

© MLR - Collection particulière - Guérande (Loire -Inf.) - Vieille Fontaine, à Clis, qui serait, dit-on, d'origine gallo-romaine

© MLR - Guérande :  La fontaine verte de Clis

© MLR - Guérande : La fontaine verte de Clis

© MLR - Guérande / Clis  - Le Château de Tuloc

© MLR - Guérande / Clis - Le Château de Tuloc

© MLR - Clis  - La chapelle Sainte-Catherine

© MLR - Clis - La chapelle Sainte-Catherine

© MLR - Marais salants bas de Clis en septembre

© MLR - Marais salants bas de Clis en septembre

© MLR - Atelier de Christel Bruneel, Clis

© MLR - Atelier de Christel Bruneel, Clis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article