Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Gilles Croix de Vie - La Villa Notre Dame, sanatorium dès 1910

C'est en 1893 que la congrégation Saint-Charles d'Angers fait l'acquisition d'un terrain au nord de "la grande plage" de Saint-Gilles Croix de Vie pour construire un bâtiment destiné à abriter, pendant l'été, les sœurs fatiguées et les enfants du pensionnat Saint-Laud. La ferme de la Villa Notre Dame, située sur les hauts de Saint-Gilles, dispose de terres de culture et de prés qui ont longtemps assuré l’autosuffisance alimentaire à cette communauté.
 
De l'utilisation des bienfaits de l'eau de mer en 1910 à l'ouverture du sanatorium pour le traitement de la tuberculose pulmonaire en 1930
A l’époque, le corps médical avait déjà observé les effets bénéfiques d’une exposition à l’air marin et au soleil pour soigner la tuberculose sous toutes ses formes.  A la même période, en 1888, le docteur Abelanet fait construire une villa derrière la plage de Boisvinet, sur Croix-de-Vie, afin de soigner au moyen de bains chauds d’eau de mer, son fils souffrant d’une tuberculose osseuse.  En effet la balnéothérapie combinée à l'héliothérapie est pratiquée à Berck sur plage où  l'Hôpital maritime a été inauguré en 1869, même s'il ne s'agit alors que de porter les enfants scrofuleux en brouette jusque dans la mer.
En 1894, Le docteur Abelanet transfère cette activité aux Sœurs Saint-Charles qui ont récemment ouvert la Villa Notre Dame. Dès 1910, la Congrégation fait de son bâtiment un sanatorium pour tuberculeux non pulmonaires ouvert au public.  Ce dernier est doté en 1914 d'un puits marin et d'un dispositif de traitement de l'eau de mer.
Pendant la première guerre mondiale, la Villa Notre-Dame accueille des blessés de guerre en convalescence : entre 1914 et 1917, la villa a accueilli 757 soldats.

Vers 1900, le nantais Pierre Waldeck-Rousseau, alors président du Conseil, y suit une "cure de bains chauds d'eau de mer". Après la Première Guerre mondiale, l'écrivain René Bazin y séjourne quelque temps.

Très exposée, en front de mer, la villa Notre-Dame a connu de nombreux raz-de-marée et une vie mouvementée. Il y a eu les assauts de la mer comme en 1924 et dans les années 50

1930 - Ouverture d'un sanatorium pour le traitement des tuberculoses pulmonaires. L'architecture a préservé l'aspect classique du bâtiment existant recouvert en ardoise tout en y apportant une note moderne avec d'importantes surfaces vitrées.

http://www.villa-notre-dame.fr/le-centre/plus-de-125-ans-dhistoire
http://www.villa-notre-dame.fr/le-centre/plus-de-125-ans-dhistoire

La guerre 39-45 a été un des autres épisodes marquants de son histoire avec l'évacuation des malades - Dès 1940, la Villa Notre-Dame est occupée par l’armée allemande qui en fait un poste d’observation complété par un chapelet de blockhaus sur tout le pourtour du port. Certains, encore enfouis dans le sable, restent visibles. Les installations techniques sont alors détruites.

Les Allemands partent de Saint-Gilles Croix de Vie fin aout 1944. La Villa Notre Dame, est en piètre état selon Sœur Marie Madeleine de la Croix. Des travaux réalisés au cours de l’hiver suivant pour accueillir quelques malades et Sœurs à partir de Pâques. Le sanatorium ne reprend néanmoins un fonctionnement normal qu’en 1946.
Le centre s’agrandit : 1947, un agrément de 90 lits est remis au centre. Les femmes et les enfants "filles et garçons" peuvent désormais être accueillis.
undefined
http://christiane.choisnet.over-blog.com/article-27288177.html
En 1949, mes parents nous envoyèrent au Sanatorium de Saint-Gilles-Croix-de-vie tenu par la Congrégation de Saint-Charles sur ordre médical...
...La villa "Notre Dame" était en bordure immédiate de l'océan et notre terrain de jeux lorsqu'il faisait beau était la plage, une plage rien que pour nous car les vacanciers ne se bousculaient pas. Mon frère et moi étions les deux plus jeunes pensionnaires... lire le témoignage de Christine Choisnet

Dès 1953, un agrément du Ministère de la Santé autorise la création de 90 lits pour adultes et enfants bénéficiant d’une prise en charge hospitalière de service public.

En 1954, la congrégation des Sœurs de Saint-Charles se retire et la gestion de l’établissement est assurée par une association : La Villa Notre-Dame.
 
Saint-Gilles Croix de Vie naît en 1967 de l'unification de deux communes situées de part et d'autre de l'embouchure de fleuve de la Vie : Saint-Gilles-sur-Vie et Croix-de-Vie.
 
En 1978, la Villa Notre-Dame abandonne l’appellation de sanatorium, tombée en désuétude du fait du recul de la tuberculose.
La Villa Notre-Dame devient un centre de réadaptation. Un blockhaus est reconverti pour soigner des patients, une utilité lui est attribuée : réserve d'eau de mer. Un puits de 4 m de profondeur est installé sous 4 m de sable, sous la plage. Une pompe puissante, à l’épreuve de l’eau salée, remonte régulièrement l’eau, ainsi filtrée par le sable de plage, jusqu’à la citerne-blockhaus.
Est alors engagée une politique de modernisation de ses équipements et d’amélioration du confort de ses patients qui se poursuivra jusqu’à ce jour.
Dans cet esprit, cet établissement imaginera de mettre à la disposition des handicapés un "fauteuil marin" le "tiralo". Ainsi, même un grave handicap moteur ne pouvait faire obstacle au plaisir de la baignade.
En 1988, l’établissement a passé contrat avec l’Education Nationale pour l’enseignement spécialisé. Désormais une équipe d’enseignants, d’éducateurs et d’animateurs pouvait permettre aux enfants pris en charge de suivre leur scolarité. 
 
A partir de 2007 la gestion est assurée par les Mutuelles de Vendée conformément à la vocation non lucrative de cet établissement.
Aujourd’hui, La Villa Notre-Dame réunit un panel de compétences diversifiées et hautement qualifiées dans un cadre balnéaire exceptionnel qui compte pour beaucoup dans l’efficacité des soins et le moral des patients.
Une extension de plus de 800 m2 pour offrir davantage de chambres individuelles et un meilleur confort hôtelier est effectuée en 2015.
En 2016, la Villa Notre-Dame a accueilli près de 1 200 patients dont 800 en hospitalisation complète et 400 à temps partiel. 40 % de l’activité du centre est liée aux pathologies neurologiques et 60 % aux troubles locomoteurs.
Sources
Témoignage de Christine Choisnet, http://christiane.choisnet.over-blog.com/article-27288177.html, site consulté le 30 octobre 2020
La Villa Notre Dame - Plus de 125 ans d'Histoire, http://www.villa-notre-dame.fr/le-centre/plus-de-125-ans-dhistoire, consulté le 20 octobre 2020
Association VIE Vendée, http://association-vie-vendee.org/la-villa-notre-dame-115-ans-dhistoire-partagee/, site consulté le 30 octobre 2020
L’intrusion balnéaire, les populations bretonnes et vendéennes face au tourisme - 1800-1945, Johan Vincent, 2008, Presses universitaires de Rennes
 
En savoir plus
Article - La vue sur mer de Saint-Gilles date de 1855, Ouest-France 11 septembre 2015
Article - La Villa, centenaire bien portante de la Garenne, Ouest-France, 14 octobre 2013

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article