Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Pouliguen - 1911 : excécution du satyre du Pouliguen à Nantes

Faits divers au Pouliguen - L’exécution du satyre du Pouliguen : les détails - La Guillotine à Nantes, le satyre du Pouliguen a expié,  25 mars 1911
 
Un matin, on découvrit au Pouliguen, dans un champs, le corps horriblement souillé de Clémentine Fouché, petite gardienne de moutons âgée de 15 ans…

Puis les attentats et agressions se multiplièrent, à Savenay…, Orvault, il commit de nombreux cambriolages…

Grâce au garde-champêtre de la Garnache, Grand fut arrêté et traduit devant la cour d’assise de Loire-Inférieure. L’assassin ne devait pas échapper au châtiment suprême… car malgré ses défenseurs, la justice trancha. La guillotine fut dressée… Dernière nuit de Gand, il dormait profondément lorsqu’on vint le chercher.

Le condamné but un verre de café et fuma une cigarette… et le couteau tomba avec un bruit sourd…  

Lire l‘article joint ci-dessous : L’exécution du satyre du Pouliguen : les détails - La Guillotine à Nantes, le satyre du Pouliguen a expié,  25 mars 1911, Paris-midi

L’exécution du satyre du Pouliguen : les détails - La Guillotine à Nantes, le satyre du Pouliguen a expié, 25 mars 1911, Paris-midi

 
Les crimes de Jules Clément Grand
26 ans, soldat déserteur. Grand fut condamné à 8 mois de prison à Aix-en-Provence en 1902. En manœuvres à Puget-Théniers, en 1909, commet des vols, et surpris en pleine action, tue le sapeur Féminier et parvient à s'enfuir. Après quelques jours passés dans la région de Nice, il part vers l'Ouest et remonte le long de l'Atlantique, assistant notamment à l'exécution de Camille Favre. Le 27 décembre 1909, viole et tue la bergère Clémentine Foucher, 15 ans, au Pouliguen. Jusqu'à son arrestation en Vendée, le 14 janvier 1910, il commet entre la presqu'île de Guérande et Nantes 22 crimes et délits divers, violant Mlle Fresneau, 28 ans, directrice d'école à Savenay, commettant deux tentatives d'assassinat au Temple et à Orvault, des vols et des cambriolages. Jugé par le tribunal militaire de Marseille, il est condamné à mort et à la dégradation militaire. Puis aux assises de Nice, le 04 août 1910, condamné aux travaux forcés à perpétuité pour tentative de meurtre sur une jeune cabaretière, Valentine Giraud, qu'il poignarda dans un café de Peymeinade le 4 octobre 1909.
 
L'exécution de Jules Clément Grand
Réveil à 5h. Malgré le carnaval et les cris qui ont résonné place Lafayette toute la nuit, Grand dort profondément. Sans rien dire, montre qu'il a compris. On lui retire la camisole avant qu'il ne refuse les secours de la religion. A Me Radot de St-Guedas qui lui demande s'il a un message à transmettre à ses proches, répond : "Inutile. J'ai assez déshonoré ma famille." Calme, accepte une cigarette et une tasse de café. S'étonne : "Je croyais bien, cependant, subir la loi martiale" (être fusillé en raison de sa condamnation à mort devant un conseil de guerre). Paraît sur le seuil de la prison pâle mais courageux, exécution rapide sans incidents.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article