Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Turballe - Trescalan et l'église Notre Dame de la Miséricorde / Notre Dame de la Nativité

Trescalan est  aujourd'hui un des nombreux quartiers de la commune de La Turballe, avec ceux de Brandu, Fourbihan, Kerigeole, Lauvergnac, Le Requer, Trévaly et le village de Coispéan. 
 
Au Moyen Âge, Trescalan est une des six frairies de la paroisse de Guérande, avec celles de Quéniquen, Saillé, Careil, Clis et Congor.
En Bretagne, la frairie est un regroupement d'habitants d'un village cimenté par un esprit communautaire.

Pour faciliter la vie religieuse lorsque l'église paroissiale est éloignée, comme c'est le cas de la collégiale Saint-Aubin de Guérande, une chapelle est souvent érigée au centre de la frairie. C'est notamment le cas de la chapelle Sainte-Catherine-d'Alexandrie à Clis ou de l'église Saint-Clair de Saillé.

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, les habitants des hameaux de la frange littorale se rendaient à pied aux offices religieux de Guérande, éloigné de deux lieues, par de mauvais chemins, mal entretenus. Des cas de décès de nourrissons sur le chemin qui les conduisait à leur baptême ont été relatés. En 1703, à la demande des habitants, la chapelle Notre-Dame-de-la-Nativité est édifiée au sommet du coteau de Trescalan. Devenue trop vétuste, elle est remplacée sur décision de 1852 par l'église actuelle. L'église Notre Dame de la Miséricorde, puis Notre Dame de La Nativité mieux connue sous le nom de Trescalan, fut érigée à l'emplacement de l'ancienne chapelle datant du XVIIième siècle. Dressée sur le coteau à 45 mètres au-dessus du niveau de la mer, elle propose le point de vue le plus élevé de la Presqu'île.

Le 20 octobre 1847, Louis-Philippe prend une ordonnance à Saint-Cloud créant la nouvelle paroisse de Trescalan.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, Trescalan est le hameau le plus important de la frange littorale de Guérande, avant d'être supplanté par le quartier portuaire de La Turballe, porté par l'essor économique et démographique lié à l'implantation de conserveries de sardines.

Un décret signé le 17 mai 1865 par l'impératrice Eugénie et le ministre Eugène Rouher élève La Turballe au rang de commune par partition du territoire de Guérande. Trescalan en constitue alors un simple quartier.

Au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, l'armée d'occupation allemande évacue tout le bourg de Trescalan et utilise la plateforme de l'église comme poste d'observation.

_______________________________________

- Le 1er juin 2011 est fondée dans un garage de Trescalan l'association Strollad An Tour-Iliz, signifiant "La Compagnie du clocher " en Breton et dont l'objet est la promotion du patrimoine dansé et vestimentaire de la commune à travers des spectacles. En 2013, la municipalité attribue un local à l'association pour accompagner sa croissance. La section scénique de l'association, composée de danseurs et de musiciens, participe à des spectacles et des concours.

- Le cimetière de Trescalan, situé près du belvédère est le cimetière historique de La Turballe. Celui-ci se divise en 4 parties ; il y a l'ancien cimetière composé de 4 carrés, le nouveau séparé par un mur du premier, le pourtour et l'extension, soit au total près de 1 200 tombes. Dans ce cimetière, sont enterrées les plus anciennes familles de Turballais. Jusqu'en 1865, c'était à Guérande que les Turballais étaient inhumés. C'est là qu'ont été enterrés les différents prêtres de la paroisse de Trescalan, les maires qui se sont succédé. On y trouve aussi le tombeau de Jacques-Yves Toumelin (1920-2009), navigateur et auteur d'un tour du monde en solitaire de 1949 à 1952.

Note - En 1505, la duchesse Anne de Bretagne devenue reine de France, qui affectionne le pays de Guérande, offre trois couronnes de mariage au semblable dessin de fleur de lys.
La collégiale Saint-Aubin de Guérande est ainsi dotée d'une couronne d'or, la frairie de Saillé d'une couronne d'argent et celle de Trescalan d'une couronne de bronze doré.
Les deux premières couronnes disparaissent pendant la Révolution française, celle de Trescalan existe encore. Ces couronnes coifferont les mariées du Pays Blanc pendant des siècles.
À Trescalan, la tradition perdure jusque vers 1830. La couronne, aujourd'hui propriété de la commune de La Turballe, est restaurée au cours du XIXe siècle. Elle est classée aux monuments historiques le 28 mars 1979 au titre d'objet.
©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

©La Turballe - Trescalan - MLR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article