Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Croisic - Le centre Saint Jean de Dieu

Le Croisic - Sanatorium Saint Jean de Dieu - Centre Saint Jean de Dieu

Dès 1844, la plage de Saint-Goustan est le lieu privilégié du développement touristique et balnéaire du Croisic. M. Deslandes-Orière, constructeur de la jetée Tréhic, conscient de cet élan, érige un établissement de bains-casino-hôtel. Dans les années 1880, la station balnéaire du Croisic n'est plus aussi primée et décline face à l'arrivée du chemin de fer en 1879 et au développement de Pornichet et de La Baule.

C'est en 1893 que les Frères acquièrent les locaux de l'ex-casino du Croisic et y fondent le préventorium - sanatorium marin pour les malades osseux afin qu'ils bénéficient de conditions climatiques optimales et de cures héliomarines. Le centre va accueillir principalement des tuberculeux âgés de 6 à 18 ans, cette maladie faisant des ravages. Ce sont bientôt 35 enfants qui arrivent, puis cette même année leur nombre passe à 65.

Le sanatorium de Saint Jean de Dieu se révèle rapidement trop petit pour sa nouvelle fonction et dès 1901 les Frères engagent la reconstruction complète des bâtiments.

Devant le nombre croissant d'admission, le centre s’agrandit en 1932, un nouvel agrément lui accorde la charge de 300 lits.

L'établissement est réquisitionné durant la Seconde guerre mondiale. Les locaux sont occupés par 1200 prisonniers espagnols et asiatiques chargés de la construction du mur de l'Atlantique.

1946 : à sa réouverture, 200 lits sont pourvus avec un accueil orienté vers les malades osseux, la tuberculose régressant.

1960 : la vocation du centre hélio-marin est reconnue, cependant l'accueil des enfants s'effectue en période scolaire. Le chiffre des journées d'hospitalisation étant en baisse, une restructuration s'est imposée dès 1973.

1975 : 80 lits sont destinés à la rééducation fonctionnelle, un effectif uniquement masculin, de 12 à 40 ans. Les séjours sont de deux sortes courts ou moyens pour une rééducation suite à un accident de la route ou de travail. Les séjours longs concernent essentiellement les myopathes, paraplégiques, infirmes moteurs cérébraux, hémiplégiques... Cours scolaires, ateliers divers (bois, mécanique...), initiation au sport, animations socio-culturelles, sorties sur le port.... montrent la volonté de réinsérer les handicapés.

Enfin en 1980, un plateau kinésithérapie balnéothérapie est édifié à l'ouest de la propriété. Malgré de notables améliorations, le bâtiment principal devient bientôt inadapté. Les Frères s'orientent vers la construction d'un nouveau centre, de l'autre côté de la route, dans l'ancien potager de la congrégation. La première pierre est posée en 1994.

Vendu en 1999, l'ancien sanatorium a été restructuré pour devenir une résidence de tourisme, renouant ainsi avec la destination initiale du site.

Le site du centre Saint Jean de Dieu

Le premier centre des Hospitaliers de Saint-Jean de Dieu ouvre rue Lecourbe en 1858 à Paris, il est destiné aux jeunes garçons infirmes.

________
Sources
Article de presse - Au Croisic, le centre Saint-Jean de Dieu : pour la rééducation fonctionnelle des handicapés moteurs, 5 décembre 1975, Ouest-France
_________
Extraits d'ouvrage et délibération relatifs au sanatorium de Saint Jean de Dieu
Sanatorium de Saint-Jean-de-Dieu au Croisic (Loire-Inférieure)
But : Procurer aux enfants et aux jeunes gens de constitution faible le bienfait du séjour et du traitement marin.
Conditions d'admission: Enfants de 5 à 18 ans, excepté les enfants atteints d'affections pulmonaires et de maladies nerveuses et mentales. De cinq à quatorze ans, inclusivement la pension est de 2 fr. par jour, tous frais compris. Pour les jeunes gens de quinze à dix-huit ans, la pension est de 2 fr. 50 par jour. La pension se paie par mois et d'avance. Le premier mois est toujours acquis à l'établissement, mais ensuite la pension est comptée par jour.
Renseignements divers : Emploi du temps réglé comme dans un établissement scolaire (travail, récréation, promenades). (Communiqué par le Sanatorium.)
Triboulet, Henri (1864-1920). Auteur du texte. Les œuvres de l'enfance : maternité, première enfance, adolescence, les œuvres existantes, gouttes de lait, crèches, orphelinats... / par le Dr H.Triboulet,... et A. Delobel,.... 1906.
 
Sanatorium de Saint-Jean-de-Dieu au Croisic
Propriété de la Société civile de Saint-Jean-de-Dieu, ce Sanatorium a une contenance de 200 lits.
Il admet exclusivement les garçons de six à dix-huit ans atteints d'anémie, lymphatisme, débilité de toutes causes, neurasthénie et nervosisme consécutifs au surmenage ; toutes formes de tuberculose (pulmonaire exceptée). Les prix sont de 6, 7 et 8 francs par jour suivant l'âge. Le médecin de l'établissement est le Dr Durbin, au Croisic. Les demandes d'admission doivent être adressées à M. le Directeur du Sanatorium.
L'Armement antituberculeux français (2e éd.) / Introduction de MM. Léon Bernard et G. Poix. 1926.
 
Assistance médicale gratuite, Demande d'agrément du sanatorium marin des Frères de Saint-Jean-de-Dieu, au Croisic (Loire-Inférieure).
Par une lettre que j'ai l'honneur de vous soumettre, M. le docteur Mouissef, président du Comité départemental du.Rhône pour la lutte contre la tuberculose, demande le rattachement au service de l'assistance médicale gratuite du Rhône de l'établissement tenu au Croisic (Loire-Inférieure) par les Frères hospitaliers de Saint-Jean-dc-Dieu. L'établissement dont il s'agit est affecté au traitement de la tuberculose osseuse et ganglionnaire et réservé aux enfants et jeunes gens de 6 à 18 ans.
Le prix de journée varie suivant les âges; il est de 12 francs pour les enfants de 6 à 10 ans, de 14 francs pour ceux de 11 à 14 ans et de 16 francs pour les jeunes gens de 15 à 18 ans. Certains traitements ou examens spéciaux, tels que : applications de rayons ultra-violets, radiographies, examens bactériologiques sont pratiqués sur autorisation spéciale et comptés en sus du prix de journée.
M. le Préfet de la Loire-Inférieure, que j'ai consulté, m'a fait connaître par lettre jointe au dossier, que l'établissement parait bien tenu, que son prix de journée est, avantageux pour les collectivités et, que le Conseil général de son département l'a agréé pour recevoir les malades de l'assistance médicale gratuite.
Dans ces conditions, je vous propose. Messieurs, de vouloir bien décider l'inscription du sanatorium préventorium marin tenu par les Frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu, au Croisic, sur la liste des établissements agréés pour recevoir et donner des soins aux malades du Rhône admis au bénéfice de la loi du 15 juillet 1893 sur l'assistance médicale gratuite.
Rhône. Conseil général. Auteur du texte. Rapports et délibérations / Conseil général du Rhône. 1931.
 
Loire-Inférieure - La Baule
Une délégation de la Croix-Rouge de La Baule a visité l'hôpital marin de Pen-Bron et le sanatorium de Saint-Jean-de-Dieu, au Croisic. Distribution aux petits malades de friandises, offertes par les commerçants de la ville. Projection d'un film scout plein de gaieté. Un peu de joie pour les pauvres enfants !
Croix-Rouge française. Auteur du texte. Vie et bonté : France Croix- Rouge : organe officiel de la Croix-Rouge française. 1950-06.
 
© MLR - Collection particulière - Le Croisic - Sanatorium marin de Saint Jean de Dieu

© MLR - Collection particulière - Le Croisic - Sanatorium marin de Saint Jean de Dieu

Le Croisic - Le centre Saint Jean de Dieu

Une auteure, un ouvrage

La romancière Béatrice Verney est venue s’installer, en 1982, à Batz-sur-Mer. Elle a travaillé à La Turballe, au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Pen-Bron. Puis elle a dirigé pendant le Centre Saint-Jean-de-Dieu du Croisic, établissement accueillant des adultes handicapés moteurs.

Elle publie en 2012 un premier ouvrage intitulé "Le Croisic - L’établissement de bains de mer Silvain Deslandes - de 1844 à 1893 - Avant, pendant, après". Ce livre édité à compte d'auteur, raconte l'histoire de la création, en 1844, au Croisic, du premier établissement de bains de mer de la côte nord du département. Cet ouvrage aborde également le contexte qui a abouti à la création de cet établissement ainsi que son devenir avec le rachat en 1893 par les Frères de Saint-Jean de Dieu pour en faire un sanatorium puis sa revente en 1999 pour le transformer en résidence de vacances.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article