Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guérande - Le village de Queniquen

Situé au pied des marais salants, Queniquen est beaucoup moins connu que certains de ses homologues comme Clis, Saillé ou Careil, mais il n’en présente pas moins un patrimoine et une histoire particulièrement riches.

Le village de Queniquen est cité pour la première fois dans un texte de 1206 et désigne une colline blanche. Quéniquen est le centre d'une frairie importante regroupant, outre le village lui-même, les écarts de Kerignon, de Pradel et de Congor.

En 1851, le village est le troisième plus gros écart de Guérande. Il comporte alors 327 habitants répartis en 89 ménages. Les chefs de foyer sont à 64 % des paludiers (54 sur 89). On dénombre également : 4 sauniers, 9 employés des douanes, 1 aubergiste, 1 cultivateur, 2 fermiers, 1 fournier, 1 jardinier, 6 journaliers, 1 laboureur, 1 lingère, 1 mendiant, 2 propriétaires/rentiers et 3 religieuses.

Les habitations sont construites pignon contre pignon et sont le plus souvent orientées vers le sud, pour la lumière et la chaleur, elles présentent les caractéristiques architecturales des maisons du marais : maisons basses, maisons hautes, maisons jumelles, etc.

Certaines de ces maisons dites paludières ont conservé leur architecture traditionnelle. Il s'agit de petites habitations basses ne comprenant qu'un rez-de-chaussée surmonté d'un grenier. Elles ont peu d'ouvertures : une porte surmontée d'un arc en plein cintre, une fenêtre et une lucarne à fronton triangulaire. La toiture à forte pente a très tôt été couverte d'ardoises, différenciant ainsi les villages paludiers des autres villages guérandais.

Puits, abreuvoir, four étaient partagés par tous les habitants. L'impasse du Four témoigne encore de l'emplacement de l'ancien fournil ayant laissé place, en 1874, à une construction neuve, impasse du Prémarié

Sources – Patrimoine Pays de Loire

A savoir
Deux ans après, presque jour pour jour, le festival Savonne-toi d’paille reviendra pour une seconde édition le samedi 26 septembre 2020 à Queniquen. Sans être encore en ébullition, le village paludier de Guérande et l’association Couleurs coteau s’activent déjà en coulisses pour préparer l’événement qui a mobilisé jusqu’à 180 bénévoles en 2018.

L'association Atelier d'Odile, créée en 2013, est installée à Queniquen. Ses objectifs sont : utiliser des produits bio, cuisiner sans détruire les nutriments essentiels et trouver un équilibre alimentaire en composent des menus équilibrés avec des produits locaux.

Odile Chedemois dispense ses cours aux adultes deux fois par mois et aux enfants pendant les vacances scolaires. Les thèmes sont variés : cueillette et cuisine avec une découverte des plantes sauvages des marais salants, légumes et légumineuses, plats rafraîchissants pour saison chaude, etc. Quant aux enfants, ils apprennent à cuisiner "comme des grands".

L'atelier d'Odile, 10, rue de Kerhue, Queniquen. Tél. 06 74 36 58 79, courriel : atelierodile@orange.fr

En 2018, les villages de Clis et de Queniquen s’étaient unis, soutenus par la Ville, pour un week-end festif en juin. L’association Vielajoie de Clis réitère le rendez-vous, plus modestement cette fois mais avec l’intention de créer des liens entre les habitants. Après une Fête 2 Villages organisée, en 2018, en collaboration avec la mairie de Guérande et quatre cafés éphémères, l’association Vielajoie lance un nouvel événement pour 2019 avec toujours le même pari  du local et de l’intergénérationnel.

Guérande - Le village de Queniquen
Les marais de Queniquen - ML

Les marais de Queniquen - ML

Les marais de Queniquen - ML

Les marais de Queniquen - ML

Les marais de Queniquen - ML

Les marais de Queniquen - ML

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article